L’écomusée des Monts d’Arrée est un musée de France ancré dans son territoire.

Territoire frontière entre le Léon et la Cornouaille, territoire d’altitude, point culminant de la région, territoire rural, désert par endroits, un territoire animé, pourtant, d’un esprit d’initiative, d’adaptabilité, d’innovation, qui en fait un territoire résolument tourné vers demain.
Nés dans la dynamique de la création du Parc naturel régional d’Armorique à partir de 1969, les écomusées d’Ouessant et des Monts d’Arrée sont les deux premiers de France. Créés pour répondre à une volonté des habitants de conserver les patrimoines traditionnels jusqu’alors peu considérés, ils déploient une vision novatrice qui consiste à tirer de « la petite histoire » des lieux et de ceux qui y ont vécu des enseignements plus généraux qui éclairent le présent. Selon le concept de « musée-miroir » l’objet principal de l’écomusée est de refléter les caractéristiques d’un territoire vécu dont les habitants sont les principaux acteurs.
Donner la parole aux habitants pour mieux accompagner le développement du territoire ; conserver la mémoire des pierres, des choses et des gens ; la transmettre et participer ainsi à préparer les petits et les grands aux défis d’aujourd’hui, telles sont les missions de l’écomusée.

 

Un territoire, des patrimoines

Entre nature et patrimoine, l’écomusée des Monts d’Arrée est une invitation à la découverte à travers deux sites remarquables : le village de Kerouat à Commana, la maison Cornec à Saint-Rivoal.
Au cœur d’un site paysager de 12 hectares, le village de kerouat (Commana), remarquablement préservé, témoigne de la vie quotidienne d’une famille de meuniers du XIXe siècle, les Fagot. Niché au cœur d’une vallée verdoyante, le village s’est développé autour du premier moulin bâti en 1610. L’exploitation des moulins et de la nature alentours ont permis aux habitants de pourvoir à leurs besoins à travers les siècles dans une cohabitation parfaite avec l’environnement.
De l’autre côté de la ligne des crête, avant même que Saint-Rivoal ne soit un bourg, se dressait déjà, auprès de l’ancienne chapelle de la trêves de Brasparts, la maison construite en 1702 par Yvon Cornec et sa femme Anne Broustal. Maison à apoteiz, petit manoir de notable, cette maison est conservée dans son état d’origine. Mais tout autour, la vie se poursuit, les maisons sont occupées, aménagées en fonction des progrès du « confort moderne ». La maison Bothorel, à côté de la maison Cornec témoigne de cette évolution jusque dans les années 50. Au cœur du bourg, la richesse de ce patrimoine jouxte les vergers conservatoires de l’écomusée : un voyage dans le temps, une balade nature, sur le chemin du Mont Saint-Michel de Brasparts !